jeudi 7 novembre 2013

À Gore et à cris : Uncut Movies.


              Ainsi que n’auront pas manqué de le remarquer nos acheteurs, nous avons choisi d’accorder à  diverses structures amies un bandeau publicitaire sur les quatrièmes de couverture de nos romans. Or quand il s’est agi d’établir une short list comprenant les acteurs dont nous souhaitions valoriser le travail, le nom d’Uncut Movies s’est imposé comme une évidence. Et comme TRASH est transparent avec son lectorat, on va vous expliquer pourquoi.



Uncut Movies, société d’édition de DVD, a été fondé en 1999 par deux passionnés de cinéma Gore. Reprenant le flambeau des mythiques Häxan Films, les Orléanais vont rapidement s’imposer comme une structure de référence en répandant sur le marché français certains des films les plus cinglés de la planète. En toute indépendance, Uncut va développer durant cinq ans une collection de VHS où se côtoieront harmonieusement du Hardgore teuton (Andreas Schnaas, Olaf Ittenbach), du Troma (Decampitated, Redneck zombie, Parts of the family), du bis rital lovecraftien (The darkness beyond), du neo-Giallo vicieux (les deux premiers Fantom kiler) et autres Slashers tarés ultra-sanglants (Psycho sisters, Psychos in love). 23 films en tout, témoignant d’une saine diversité, et d’une rigoureuse intransigeance.

Des choix radicaux et courageux, qui se poursuivront avec une irréprochable intégrité lors du passage au DVD fin 2003. Nouveau support, mais exigence éditoriale identique : comme lors de l’époque VHS, tous les films proposés sont inédits en France, présentent une version originale sous-titrée et des bonus conséquents. Un vrai bonheur pour les amateurs de bidoche sur pellicule, d’autant qu’Uncut réussit à maintenir une cohérence en convoquant les « anciens » (Schnaas, Nowicki, Zuccon), tout en introduisant des petits nouveaux comme Andreas Bethmann. Sans aucunement se reposer sur leurs acquis, les deux Orléanais s’impliquent en outre dans la production de Necro files 2, suite d’un de leurs plus gros succès en VHS, avant de le sortir en DVD. Sont ensuite intégrés au catalogue plusieurs films issus des glorieuses années 80 (Unhinged, Slime city, Scalps) en parallèle à de nouveaux Troma (Girls school screamers, Luther the geek).

Le rythme de parution est régulier, voire soutenu, et tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Uncut Movies continue jusqu’en 2009 à mener sa barque contre vents et marées, occupant une place unique en France. La sortie de Pieces, aka Le sadique à la tronçonneuse, du regretté Juan Piquer Simon, marque ainsi de belle manière le dixième anniversaire de l’éditeur. Hélas… Le marché du DVD commence à décliner, et si les majors disposent de moyens colossaux pour y faire face, ce n’est pas le cas des indépendants. En 2010 disparaîtra par exemple Neo Publishing, dont la ligne éditoriale complétait idéalement celle de nos vaillants Orléanais. Mais ces derniers, plutôt que de renoncer, vont préférer freiner leur rythme de parution pour mieux surgir de temps en temps tels des diables hors de leur boîte.

Huit nouveaux titres estampillés Uncut verront ainsi le jour de 2009 à 2013, et non des moindres. Deux films de Timo Rose, jeune réalisateur allemand plein d’allant (dont l’un, Fearmakers, a été couplé à I piss on your grave, jadis édité en VHS), un nouveau Ivan Zuccon (Colour from the dark), un Giallo/Slasher très gore de Jess Franco (Bloody Moon), qu’on se le dise, Uncut Movies plie mais ne rompt pas ! Aujourd’hui le catalogue comporte 62 films. Les VHS sont épuisées, trois DVD le sont aussi (Fantom kiler 3, Rossa venezia et Slaughter disc), et certains autres ne devraient pas tarder à l’être… Mais de nouveaux films ont été annoncés début septembre par l’éditeur ! Le premier d’entre eux étant prévu ce mois-ci, il nous semblait essentiel de ponctuer par ces quelques lignes le parcours exemplaire d’un duo de passionnés qui a su s’inscrire dans la durée en restant toujours fidèle à ses choix sans concession. Un véritable modèle, à tous points de vue, pour TRASH.

Nous sommes donc très heureux de faire coïncider cet article avec la sortie de The urge to kill, auquel nous souhaitons tout le succès qu’il mérite. Et nous tenons à saluer une fois de plus l’enthousiasme avec lequel l’équipe d’Uncut Movies nous a immédiatement accordé sa confiance. Car non seulement ils ont accepté dans l’heure notre proposition de partenariat, mais ils ont aussi été nos tout premiers clients ! Et ça, dans un parcours d’éditeur, ce sont des choses qui ne s’oublient pas. Nous soupçonnons même le Schweinhund d’être capable d’écrire un autre roman rien que pour bénéficier d’un beau quatrième de couverture estampillé Uncut…

En conclusion, Romuald et Patrice, merci pour tout et merci pour nous.

Et longue vie à Uncut Movies !



UNCUT MOVIES - HOMEPAGE